Comme la fin de l’année approche et que c’est généralement la période des bilans, j’aimerais faire un retour sur le combat le plus attendu, le plus improbable et le plus lucratif de l’histoire, toutes disciplines confondues. Le 26 août dernier, Conor McGregor, un expert en arts martiaux mixtes et champion de l’UFC (Ultimate Fighting Championship), a affronté le boxeur invaincu Floyd Mayweather dans un combat de boxe.

Malgré un départ prometteur, Conor McGregor s’est incliné par arrêt de l’arbitre (K.-O. technique) au dixième assaut, un résultat peu surprenant. En effet, il s’agissait de son premier combat de boxe professionnel! Heureusement pour lui, il a empoché plus de 100 millions de dollars pour avoir tenté l’expérience…

« Investir à la Bourse, c’est simple, mais pas facile. »
— Warren Buffett

Chaque jour, un grand nombre d’étudiants, de retraités ou de personnes à la recherche d’un nouveau défi professionnel se lancent dans la négociation active, croyant qu’ils connaîtront rapidement du succès. À l’image de Conor McGregor, ils ont l’impression que la transition sera facile, ce qui n’est malheureusement pas le cas.

Selon moi, l’une des principales difficultés est d’accepter le fait qu’il n’existe pas nécessairement de relation de cause à effet qui justifie les mouvements boursiers d’importance. En effet, l’être humain aime comprendre un phénomène en établissant une relation de causalité. L’argument rationnel lui donne alors une impression de contrôle et, par le fait même, lui permet de réagir adéquatement. Je vous pose toutefois la question suivante : ce raisonnement aide-t-il à prévoir le comportement boursier? Je n’en suis pas si sûr…

Qui n’a jamais acheté d’actions d’une compagnie à la suite de la publication d’excellents résultats financiers trimestriels qui, en dépit de cela, ont reculé? À cet égard, l’économiste réputé Robert J. Shiller avance que l’humeur et le comportement des participants de marché expliqueraient plus de 50 % de la volatilité boursière!

Pour composer avec cette réalité, il est primordial de se fier à un processus décisionnel rigoureux au lieu de fonder son opinion sur une nouvelle financière. Ainsi, vous serez moins influencé par les médias financiers. Bien évidemment, pour assouvir notre désir d’établir des liens de causalité, ces derniers n’hésitent pas à évoquer des raisons motivant les fluctuations boursières, un exercice qui s’avère toutefois futile.

Par exemple, en décembre 2003, deux manchettes ont été publiées à une demi-heure d’intervalle par Bloomberg, un fournisseur d’information économique et financière, pour expliquer la réaction des participants de marché suivant la capture de Saddam Hussein, l’ancien dictateur irakien :

13 h 1 – Les cours obligataires américains augmentent; l’arrestation de Saddam Hussein ne freinera pas le terrorisme.
13 h 31 – Les cours obligataires américains baissent; l’arrestation de Saddam Hussein ravive l’appétit pour les actifs plus risqués.

Comme vous l’avez sûrement constaté, Bloomberg n’a eu d’autre choix que de modifier la manchette initiale pour tenir compte du changement de direction des cours obligataires américains.

Il est donc essentiel d’apprendre les principes qui sous-tendent le comportement boursier, sans quoi vous risquez « d’être mis K.-O. », comme l’a été Conor McGregor, une expérience qui sera assurément moins payante…

Sources

Aurélien. McGregor a-t-il la moindre chance de battre Mayweather?, Booska, 24 juin 2017.
Nassim Nicholas Taleb. The Black Swan : The impact of the Highly Improbable, Penguin, 2008.
Raphaël Bergeron-Gosselin. Un sport différent, mais la même confiance pour McGregor, TVA Sports, 16 août 2017.
Robert J. Shiller. Market Volatility, MIT Press, 1989.

Pin It on Pinterest

Share This