En novembre 2015, selon le site PredictWise, Marco Rubio, un sénateur d’origine cubaine, était le candidat favori pour remporter l’investiture du Parti républicain en vue de la prochaine élection présidentielle. Néanmoins, en mars 2016, il s’est retiré de la course à la suite d’une défaite cinglante aux dépens de Donald Trump lors d’un vote tenu dans son propre État, la Floride. Sans contredit, l’un des moments décisifs de sa campagne a été sa performance lors d’un débat qui s’est déroulé un mois plus tôt au New Hampshire. Durant un échange avec son rival Chris Christie, gouverneur du New Jersey, Marco Rubio a paru ébranlé par une attaque visant à le discréditer. En se faisant reprocher son supposé manque d’expérience, il s’est défendu maladroitement en répétant la même phrase à quatre reprises!

 

Évidemment, Chris Christie a profité de l’occasion pour l’humilier en mentionnant ceci :

« Le voilà! Le voilà, le discours mémorisé de 25 secondes. Le voilà, tout le monde! »
« Tu vois, Marco, quand tu es gouverneur d’un État, les discours mémorisés de 30 secondes qui mentionnent à la fin la grandeur de l’Amérique ne règlent aucun problème. »

Comme vous le savez, lorsque l’enjeu est grand, il est primordial d’être bien préparé. Que ce soit pour une présentation devant un client potentiel, une entrevue en vue de décrocher un emploi ou une négociation avec un fournisseur, il faut être en mesure de répliquer adéquatement en élaborant des réponses claires et complètes aux éventuelles questions et objections. Vous serez ainsi paré à toute éventualité et augmenterez vos chances de réussite; une leçon de vie que Marco Rubio a apprise à la dure…

« Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. »
– Citation de Arthur Ashe, ancien joueur de tennis américain professionnel

Étant donné son côté excentrique, imprévisible et irrévérencieux, il était logique d’envisager une forte baisse des cours boursiers advenant une victoire surprise de Donald Trump à la présidentielle américaine. Conformément à ce raisonnement, les principaux indices boursiers mondiaux ont réagi négativement. Par exemple, la Bourse de Tokyo a clôturé la séance en baisse de plus de 5 % et les Bourses de Paris et de Londres ont reculé respectivement de 2,83 % et de 1,87 % à l’ouverture de leur séance de négociation.

Toutefois, grâce à un premier discours plus modéré prônant l’unité, Donald Trump en a surpris plus d’un et la plupart des marchés boursiers nord-américains ont clôturé à la hausse (p. ex. : le S&P/TSX : + 0,70 %, le S&P 500 : + 1,11 %) dès le lendemain du scrutin. Finalement, il n’est pas si mal! En effet, les participants de marché se sont attardés davantage à son plan d’action visant à stimuler l’économie américaine par l’intermédiaire de réductions d’impôts et d’un programme d’infrastructures ambitieux. Malheureusement, un grand nombre d’investisseurs ont, sous le coup de l’émotion, vendu leurs actions. À l’image de Marco Rubio, leur préparation était tout simplement inadéquate en ignorant la possibilité que les indices de référence puissent monter à la suite de l’élection de Donald Trump. Au lieu d’évaluer objectivement la situation, ils répétaient sans cesse ces phrases :

Après le 11 septembre (9/11), cette fois c’est le 9 novembre (11/9)…

Ça ne se peut pas, ils se sont Trumpés!

Un jour sombre, j’espère que ce n’est qu’un mauvais rêve…

Sources
Agence France-FP. Bourses : Trump élu, les marchés luttent pour ne pas céder à la panique, 9 novembre 2016.
Pierre Martin. Qui sera le candidat républicain en 2016? Le journal de Montréal, 22 novembre 2015.
Richard Hétu. Marco Rubio le robot, La Presse, 7 février 2016.

Pin It on Pinterest

Share This