Récemment, le clip de la chanson Despacito est devenu la vidéo la plus visionnée de l’histoire de la plateforme YouTube avec plus de 4 milliards de téléchargements. De plus, la version audio a trôné au sommet des palmarès dans 45 pays et a atteint le top 10 de neuf autres pays. Pour ceux qui ne l’auraient jamais entendue, ce qui serait très surprenant, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous. Étant le succès musical de l’été, la chanson a joué très fréquemment à la radio, dans les centres commerciaux, dans les ascenseurs et, surtout, dans ma tête!

À maintes reprises, je me suis efforcé de ne pas y penser, mais sans succès. D’ailleurs, je me suis même surpris à fredonner le refrain au grand dam de ma conjointe! Heureusement, je ne suis pas seul. Selon la professeure Kelly Jakubowski de l’Université Durham, environ 90 % de la population aurait un ver d’oreille au moins une fois par semaine. Pour s’en débarrasser, elle recommande notamment de chanter la chanson, de l’ignorer ou de se distraire en pensant à une autre chanson, des stratégies plus efficaces que la mienne (technique de suppression).

Le test de l’ours blanc

Dans le cadre de ses expériences, le psychologue Daniel Wegner a démontré que lorsqu’on demande à quelqu’un de supprimer volontairement une pensée, il lui est très difficile de s’en départir. C’est ce que l’on appelle « l’effet rebond ». Pour mieux illustrer ce point, voici un petit exercice :

1 – Fermez les yeux et pensez à un ours blanc. Imaginez-le dans les moindres détails, c’est-à-dire la forme de sa tête et de son corps, la texture de sa fourrure ainsi que son odeur. Lorsque vous aurez terminé, ouvrez les yeux.

2 – Fermez à nouveau les yeux et essayez de ne pas penser à l’ours blanc. Vous ne devez plus le voir et être certain de ne plus l’avoir en mémoire.

Avez-vous réussi? Eh oui, malgré la consigne, vous avez sûrement pensé à l’ours blanc, un résultat conforme aux attentes. C’est pourquoi toute technique de suppression s’avère futile, un principe qui s’applique aussi pour la gestion des émotions.

Chez le négociateur actif, « l’effet rebond » est un phénomène fréquent. Après quelques transactions consécutives non profitables, le doute s’installe et des pensées négatives surgissent alors (p. ex. : tu es un perdant, tu n’y arriveras jamais, tu devrais te trouver un autre emploi), ce qui nuit à la performance.

Pour éliminer ces pensées, à l’image de la chanson Despacito, nous nous répétons sans cesse ceci : arrête d’y penser! Comme vous le savez, cette tactique ne fonctionne pas. Je vous suggère donc, d’une part, d’accepter ces pensées telles qu’elles sont et, d’autre part, de vous concentrer sur le moment présent afin de négocier dans votre intérêt. Tôt ou tard, ces pensées négatives seront de l’histoire ancienne comme la chanson Despacito

Sources

Associated Press. Des chercheurs élucident ce qui fait un bon ver d’oreille, La Presse, 4 novembre 2016.

Daniel M. Wegner. White Bears and Other Unwanted Thoughts: suppression, obsession, and the psychology of mental control, The Guilford Press, 1994.

Pin It on Pinterest

Share This