De nos jours, il est souvent question de la gestion de l’égo pour connaître du succès tant sur le plan personnel que professionnel. Selon le Dr Serge Marquis, l’auteur du livre Pensouillard Le Hamster, l’égo est notre identité façonnée notamment par nos connaissances, nos succès, nos réussites, nos opinions, nos idées, nos croyances ainsi que nos possessions matérielles. En conséquence, il est insatiable et il craint de perdre ses acquis. Concrètement, il se manifeste par des pensées, des réflexions et des comportements. En voici quelques exemples :

Je suis spécial
Je suis le centre d’attention
Je domine les conversations
J’ai besoin de reconnaissance
Je suis meilleur que les autres
Je me préoccupe de l’opinion d’autrui
J’aime raconter mes exploits
Je ne veux pas montrer ma vulnérabilité
J’évite les situations qui pourraient me faire mal paraître
Je défends mon point de vue lorsque les autres sont en désaccord

« L’égo est la racine de toute souffrance. »
— Citation de Chogyam Trungpa, maître du bouddhisme tibétain

À la lumière de ce qui précède, l’égo peut jouer de mauvais tours à un négociateur actif. Par exemple, ce dernier accepte mal le fait qu’un titre en portefeuille se négocie dans une direction opposée à celle envisagée. Bien que les conditions de marché justifient la vente du titre, il a de la difficulté à couper sa perte. De plus, il s’attend à un succès certain compte tenu de son intelligence intellectuelle, de son expérience et de ses capacités d’analyse. C’est pourquoi le négociateur doit plutôt faire preuve d’humilité en reconnaissant que les déceptions et les échecs sont inévitables et que la quête de la perfection est illusoire. En effet, il est essentiel de lâcher prise sur le résultat, car la Bourse est un système complexe et adaptatif.

D’une part, la Bourse est complexe en ce sens qu’elle est composée de nombreux participants (particuliers, banques, compagnies d’assurance, caisses de retraite, fonds communs de placement, etc.) ayant des stratégies, des objectifs et des horizons de placement différents. D’autre part, le marché boursier est adaptatif dans la mesure où les participants ont la capacité d’adapter leurs comportements en fonction de leurs expériences passées. Il est donc impossible de prévoir, avec exactitude, la réaction d’un instrument financier, et ce, peu importe ce que votre égo vous dicte. Je vous invite donc à lui porter une attention particulière, car nous sommes souvent notre pire ennemi…

Sources

Edward D. Hess, Katherine Ludwig. Humility is the New Smart: Rethinking Human Excellence in the Smart Machine Age, Berrett-Koehler Publishers, 2017.
Kenneth L. Fischer, Jennifer Chou, Lara Hoffmans, The only three questions that still count: Investing by knowing why others don’t, Wiley, 2012.
Oliver Schmouker. Les 3 astuces de Serge Marquis pour bien gérer votre égo, Les Affaires, 9 mars 2016.

Pin It on Pinterest

Share This