Blogue

Ne tenez rien pour acquis

Ne tenez rien pour acquis

Dans les années 1980, pour faire concurrence au très populaire hamburger « quart de livre » de McDonald’s, la chaîne de restauration rapide A&W a eu l’idée d’introduire le « tiers de livre », au même prix que son sandwich rival, offrant ainsi un meilleur rapport quantité-prix aux amateurs de viande. De plus, étant donné les résultats concluants des tests de dégustation à l’aveugle, le succès du « tiers de livre » semblait assuré. Pourtant, les consommateurs l’ont snobé…

A&W a donc organisé des groupes de discussion pour comprendre la situation et son constat a été plutôt étonnant. Plus de la moitié des participants ont mis en doute la stratégie de prix : pourquoi devrions-nous payer le même montant pour le tiers de livre que pour le quart de livre de McDonald’s? En effet, le tiers de livre comprend moins de viande que le quart de livre, car, après tout, le chiffre trois est inférieur au chiffre quatre! Bien sûr, ⅓ vaut plus que ¼, mais, malheureusement, plusieurs n’ont pas su en profiter.

« Ceux qui ne savent pas qu’ils marchent dans l’obscurité ne verront jamais la lumière. »
— Citation de Bruce Lee, maître d’arts martiaux

Selon moi, les conseillers financiers peuvent tirer une leçon de l’échec d’A&W. Peu importe vos connaissances, votre expertise et la qualité de votre offre de produits, il est essentiel que le client soit en mesure d’apprécier votre valeur ajoutée et, pour ce faire, il doit saisir votre message. Or, plusieurs conseillers ont tendance à étaler leur savoir en utilisant un jargon financier complexe et souvent difficile à comprendre. Que ce soit l’alpha, le bêta, la corrélation, l’écart-type, le gamma, la volatilité ou le taux d’actualisation, vous ne devez pas tenir pour acquis que votre clientèle comprend tous ces termes. C’est pourquoi il est impératif de vulgariser les concepts, de simplifier le langage utilisé et de valider la bonne compréhension, sans quoi votre probabilité de succès ne représentera qu’une fraction de votre plein potentiel…

Sources

Stacy Conradt. Why No One Wanted A & W Third-Pound Burger, Mental Floss, 26 février 2016.
Vincent Destouches. Comment A & W a appris à ne pas surestimer l’intelligence de ses clients, L’Actualité, 5 août 2014.
Image: https://theuijunkie.com

Et si ça se passait autrement?

Et si ça se passait autrement?

En janvier 1894, un article paru dans un journal local allemand relate ce fait divers : un garçon de quatre ans est tombé dans les eaux glacées d’une rivière, mais a heureusement été sauvé par un ami. Plus tard, nous avons appris que le courageux sauveteur s’appelait Johann Kuehberger et que le rescapé n’était nul autre qu’Adolf Hitler! Ainsi, sans le savoir, Johann Kuehberger a bouleversé le cours de l’Histoire, un bel exemple de l’effet papillon.

« Le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas? »
— Citation d’Edward Lorenz, scientifique américain

L’effet papillon est la théorie selon laquelle une cause infime peut avoir des effets importants. Advenant que le jeune Adolf se fût noyé, est-ce que la Deuxième Guerre mondiale aurait eu lieu? Il est impossible de prédire avec exactitude ce qui va se passer dans un système complexe où une quantité innombrable d’éléments influent sur le résultat final. En effet, un simple événement a le potentiel de modifier considérablement l’avenir et, comme vous vous en doutez, cette réalité est bien présente à la Bourse.

En décembre 2010, Mohamed Bouazizi, un vendeur itinérant tunisien de fruits et de légumes, s’est immolé par le feu après que la police ait confisqué sa marchandise pour une énième fois. Sa mort a alors soulevé l’ire et la colère de la population, ce qui a conduit, à la mi-janvier 2011, à l’exil du président Zine el-Abidine Ben Ali, qui était au pouvoir depuis plus de 20 ans. Par la suite, plusieurs mouvements révolutionnaires ont vu le jour dans de nombreux pays voisins comme l’Égypte, la Jordanie, la Libye, le Maroc et la Syrie d’où l’expression « Printemps arabe ». Comme le Moyen-Orient est un fournisseur crucial de pétrole, cette instabilité politique a fait grimper les cours pétroliers de 15%.

Évidemment, aucun expert financier n’aurait pu prévoir un tel scénario pour l’or noir, une autre manifestation de l’effet papillon. Il est donc primordial de reconnaître le caractère non linéaire du marché boursier et, par le fait même, l’investisseur doit accepter le fait que toute prévision financière peut se révéler fausse. Je vous suggère alors d’adopter un état d’esprit d’ouverture en vous posant régulièrement cette question : et si ça se passait autrement?

Sources

Paul Bloom. Against Empathy : The Case for Rational Compassion, Ecco, 2016.
Slate.fr. Hitler sauvé de la noyade à 4 ans?, 8 janvier 2012.
Philip E. Tetlock. Superforecasting : The Art and Science of Prediction, Crown, 2015.

Shane Parrish. The Butterfly Effect : Everything You Need to know About this Powerful Mental Model, Farnam Street, 14 août 2017.

Le pouvoir de la procrastination

Le pouvoir de la procrastination

Le 28 août 1963, le pasteur et militant américain Martin Luther King Jr. a prononcé un discours inspiré devant plus de 250 000 personnes lors de la Marche sur Washington pour l’emploi et la liberté. Il exigeait la fin du racisme aux États-Unis et revendiquait l’égalité des droits civiques entre les Blancs et les Afro-Américains. Sans contredit, son allocution intitulée « J’ai un rêve » est considérée comme l’un des événements les plus marquants du 20e siècle.

Pour s’y préparer, les jours précédents, Martin Luther King Jr. a sûrement investi de nombreuses heures de travail pour peaufiner son texte et pratiquer sa lecture à voix haute. Selon Adam Grant, l’auteur du livre Originals : How Non-Conformists Move the World, il paraîtrait que non. En effet, lorsqu’il attendait patiemment son tour, il s’affairait à réviser et à modifier la structure de son contenu. De plus, l’idée de la fameuse expression « J’ai un rêve » lui est apparue une dizaine de minutes après le début de son discours! La procrastination lui aurait donc bien servi, ce qui semble contre-intuitif.

« La nuit porte conseil. »
— Proverbe français

Comme vous le savez, dans notre société actuelle, la procrastination a mauvaise presse – la tendance à remettre constamment à plus tard est malsaine et nuit à la productivité et à la gestion du stress. Or, comme je l’ai mentionné précédemment, la procrastination peut générer des élans d’inspiration et de créativité. Ainsi, Jihae Shin, professeure à l’Université du Wisconsin, a testé cette hypothèse en menant une expérience fort intéressante.

Tout d’abord, elle a informé un groupe d’individus de son intention de recueillir leurs suggestions d’amélioration pour une entreprise. La moitié des participants devaient soumettre immédiatement leurs idées, tandis que les autres l’ont fait seulement après avoir joué au solitaire ou au démineur pendant cinq minutes. Par le simple fait d’avoir retardé quelque peu leur contribution, ces derniers ont proposé des recommandations jugées 28 % plus créatrices. En effet, il est reconnu que notre cerveau continue de travailler sans que nous en soyons conscients, ce que l’on appelle la phase d’incubation. C’est ce qui explique pourquoi la procrastination peut être bénéfique. D’ailleurs, avez-vous remarqué que vos éclairs de génie se produisent souvent lorsque vous prenez votre douche, un café ou après une bonne nuit de sommeil?

L’année passée, à pareille date, j’ai fait part de mon désir d’écrire un livre et, aujourd’hui, je procrastine encore… Néanmoins, j’ai l’impression que ce délai m’a permis d’entreprendre ce projet avec une perspective différente et une plus grande créativité. C’est pourquoi mon prochain billet sera publié dans la semaine suivant le congé de la fête du Travail, soit celle du 4 septembre 2017. D’ici là, je profite du pouvoir de la procrastination pour plonger dans la rédaction de mon livre, car moi aussi, j’ai un rêve!

Sources

Adam Grant. The Surprising Habits of Original Thinkers, TED Talk, février 2016.
Alexandra Sims. Procrastination makes you more creative, research says, Independent, 10 mars 2016.
Jessica Stillman. The 4 Stages of Creativity, Inc., 1er octobre 2014.

Inscrivez-vous à mon infolettre



Pin It on Pinterest

Share This